Vous êtes ici : Accueil > Ressources > Webinaires H2O'Lyon Replay

Webinaires H2O'Lyon Replay


#1 Wicked Water Problems and Bridging Through Water

Speaker :
Sharon B. Megdal, Director of The University of Arizona Water Resources Research Center (WRRC)

Sharon B. Megdal is Director of The University of Arizona Water Resources Research Center (WRRC), a Cooperative Extension center and a research unit in the College of Agriculture and Life Sciences. Her work focuses on water policy and management, on which she writes and frequently speaks. She also holds the titles: Professor and Specialist, Department of Environmental Science; C.W. & Modene Neely Endowed Professor; and Distinguished Outreach Professor.


Wicked Water Problems and Bridging Through Water :

Water challenges exist in both water-rich and water-scarce areas. The presentation will include analysis of some of the challenging water issues and potential solutions to them and include discussion of how to bridge the academic community and the real world of water management.


Webinar Presentation Slides

#2 Understanding geomorphic response of upland river systems to extreme floods in a changing climate: the case of Thinhope Burn, UK


Conférencier :
David John Milan, Senior Lecturer en Géographie physique

Understanding geomorphic response of upland river systems to extreme floods in a changing climate: the case of Thinhope Burn, UK

Les précipitations extrêmes peuvent entraîner des réponses dynamiques des systèmes fluviaux versants, en activant le système sédimentaire à l'échelle du bassin versant, en augmentant le transport de sédiments et en initiant un changement morphologique du lit.
Ce webinaire se concentre sur la réponse spectaculaire de Thinhope Burn, un affluent de la rivière South Tyne, au Royaume-Uni, lors d'une inondation de l'été 2007. La modélisation et les études de terrain, menées au cours des 13 dernières années, suggèrent qu'une fois que les systèmes fluviaux fluviaux sont activés, nombre d'entre eux pourraient ne pas se rétablir dans un régime climatique plus humide, ce qui aurait des conséquences pour la gestion future du gravier utilisé pour lutter contre les inondations dans les bassins versants du Royaume-Uni.

David Milan est chercheur en géographie physique à l'Université de Hull, au Royaume-Uni.
Ses recherches portent sur l'interface entre
la géomorphologie fluviale et l'écologie des eaux douces. Il vise à s'attaquer aux problèmes liés aux effets de l'évolution des régimes d'écoulement et d'approvisionnement en sédiments sur la qualité de l'habitat du fleuve, en réponse au changement climatique et aux activités humaines.

David Milan s'intéresse particulièrement à l'application de nouvelles technologies pour résoudre les problèmes de la science fluviale. Son travail sur le LiDAR terrestre a démontré comment la technologie peut être utilisée pour fournir de meilleures évaluations de la rugosité du lit et de la taille des grains à l'échelle de portée, évaluer les changements morphologiques rapides dans des les rivières proglaciaires dynamiques et cartographier l'habitat des rivières.

Lire plus...

Poster

#3 Pêcheurs, plongeurs et cueilleurs de sable de l'Usumacinta: un voyage sur les rives des cours d'eau du sud du Mexique


Conférencière :
Edith Kauffer, enseignante et chercheuse en science politique.

Pêcheurs, plongeurs et cueilleurs de sable de l'Usumacinta : un voyage sur les rives des cours d'eau du sud du Mexique

Situé entre le nord du Guatemala et le sud du Mexique, à la frontière de l’Amérique centrale et du nord, le bassin transfrontalier de l’Usumacinta se forme à partir de la confluence de divers cours d’eau qui donnent vie au fleuve le plus puissant de la région. L’Usumacinta est un bassin de presque 77,000 kilomètres carrés dont environ 30% de la superficie est couverte par des aires protégées mais il se trouve face à de nombreuses menaces car il se situe dans une région isolée, caractérisée par des vagues successives de colonisation de la forêt tropicale reposant sur des processus de déforestation, le développement de l’élevage bovin et plus récemment les plantations, notamment d’huile de palme. Le débit du fleuve et de ses affluents varient de manière très marquée entre la saison sèche et les pluies, ce qui facilite un renouvellement annuel des ressources sédimentaires destinées à l’extraction.  

Qui sont les pêcheurs, plongeurs et cueilleurs de sable -et de graviers- de l’Usumacinta mexicain ? Ces hommes -il s’agit d’une activité essentiellement masculine- villageois, ejidatarios, membres de coopératives ou de syndicats s’affairent sur les rives et dans le lit des cours d’eau dans le cadre d’une activité artisanale, s’appuyant sur des technologies locales mais fondée sur une organisation souvent informelle au regard du droit positif bien qu’efficace en ce qui concerne les conditions d’exploitation.

L’étude des dynamiques des activités d’extraction des sédiments de 13 sites de l’Usumacinta sera exposée afin de comprendre leurs modalités, leurs finalités et leurs formes de régulation des conflits.


Edith Kauffer est professeure et chercheuse senior au Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social (Centre de recherches et d’études supérieures en anthropologie sociale) (CIESAS) à San Cristóbal de Las Casas, Chiapas, dans le Sud du Mexique.
Politologue, elle a d’abord travaillé sur les mouvements de réfugiés en Amérique centrale et au Sud du Mexique dans l’optique d’une analyse des politiques publiques et de l’étude d’un projet politique de retour auprès des guatémaltèques entre 1991 et 2002. Elle s’est tournée ensuite vers le thème de l’eau depuis 2003, abordé à partir de multiples dimensions politiques : politiques de l’eau, eaux et frontières, bassins versants transfrontaliers, conflits et coopération, genre et eau, eau et pouvoir. Son expérience l’a menée vers des terrains divers, principalement en Amérique centrale, au Mexique et en Méditerranée, mais aussi en Afrique occidentale, en d’Amérique du Sud et du Nord et en Europe. Elle a participé à des formations de membres d’organisations sociales et civiles et de fonctionnaires municipaux, des états fédérés, des gouvernements nationaux et d’organisations internationales de différents pays d’Amérique latine sur les thèmes de l’eau, du changement climatique, du genre et des réfugiés.

Travaillant depuis toujours avec des collègues de diverses disciplines des SHS mais aussi des biologistes et ingénieur/es, son approche privilégie le dialogue interdisciplinaire et la collaboration avec les acteurs. Dans ce cadre, elle a intégré récemment un projet binational, interinstitutionnel entre le Mexique et la France dans le cadre duquel s’inscrit son séjour lyonnais.

Lire plus...

Poster

#4 Micropolluants dans les eaux : de la station d'épuration au robinet


Conférencière :
Nathalie CHEVRE, chercheuse et enseignante à l'Université de Lausanne. Ses recherches portent sur le risque des mélanges de substances chimiques sur l'environnement.

Micropolluants dans les eaux : de la station d'épuration au robinet

"Les substances chimiques, appelées aussi micropolluants, sont omniprésentes dans l’environnement. C’est particulièrement vrai dans le milieu aquatique où sont détectés pesticides, médicaments, cosmétiques, etc. Ces substances sont utilisées dans nos activités quotidiennes et sont évacuées avec les eaux usées vers les stations d’épuration. Or ces usines de traitement ne sont pas conçues pour les éliminer. Elles finissent donc dans les eaux de surface. Dans ce webinaire, nous illustrerons comment les micropolluants entrent dans le cycle de l’eau urbain, du tuyau de notre évier à notre robinet source d’eau potable. Ceci sur la base de l’exemple des médicaments et du lac Léman, source d’eau potable pour 1 million d’habitants entre la Suisse et la France. Nous discuterons également des questions ouvertes sur le risque que ces substances présentent pour l’environnement et pour la santé."

En savoir plus sur Nathalie CHEVRE...

Replay "Ici la Suisse - La pollution des eaux liée aux médicaments" sur Radio Télévision Suisse, jeudi 15 avril, 6h47





#5 Le pouvoir de l'oxygène : comprendre le fonctionnement des écosystèmes aquatiques des rivières aux réseaux hydrographiques


Conférencier :
Jacob DIAMOND, chercheur en post-doc à INRAE. Ses recherches portent sur le métabolisme des cours d'eau.

Le pouvoir de l'oxygène : comprendre les processus de l'écosystème, des cours d'eau aux réseaux hydrographiques

"Le rétablissement des écosystèmes aquatiques après une dégradation anthropique peut être entravé par des rétroactions internes pouvant maintenir des états indésirables. Les défis dans la gestion et la prédiction des états alternatifs stables dans les lacs sont bien connus, mais les changements d'état dans les rivières et leurs effets sur la fonction de l'écosystème restent peu étudiés malgré les preuves récentes que de tels changements peuvent se produire et se produisent. Dans ce webinaire nous présenterons les effets d’un changement soudain de dominance de phytoplancton à macrophyte au niveau de la Loire suivi sur une période de 30 ans ainsi que les effets de ce changement sur le régime métabolique de la rivière. Des variables d’état clés tel que la turbidité, les concentrations en nutriments, en chlorophylle a, la densité en Corbicula fluminea et la concentration en oxygène dissous ont été mesurées. Nous avons pu mettre en évidence un indicateur d’alerte précoce des changements de l’état et du métabolisme des rivières qui peut être précieuse pour la restauration des rivières. Nous présentons également une exploration des modèles d'oxygène dissous dans les bassins versants"

En savoir plus sur Jacob Diamond...



► Tutoriel sur l'utilisation des capteurs d'oxygène dissout

#6 Créer des passerelles entre la recherche et l'opérationnel : retour d'expériences du Centre Ecotox en Suisse



Conférencier :
Benoît FERRARI a obtenu son doctorat en écotoxicologie à l'université de Lorraine (Metz, France) en 2000. Après plusieurs années passées à l'Université de Genève et à INRAE Lyon, il a rejoint le Centre Ecotox en octobre 2013 pour diriger le groupe écotoxicologie des sols et des sédiments de Lausanne. En septembre 2019, il a pris la direction par intérim de l'ensemble du Centre regroupant les sites de Lausanne et Dübendorf. Ses principaux domaines d'intérêt couvrent l'écodynamique des contaminants et leur impact à différents niveaux d'organisation biologique. Il est notamment impliqué dans :
  • le développement d'outils basés sur l'exposition et les effets pour évaluer le stress chimique,
  • l'intégration de ces outils dans des approches en laboratoire et sur le terrain pour évaluer la qualité des écosystèmes,
  • le transfert de ces outils et approches vers les utilisateurs finaux.

Créer des passerelles entre la recherche et l’opérationnel : retour d’expériences du Centre Ecotox en Suisse

"En réponse à un besoin grandissant en Suisse d'appui à l'évaluation des effets des substances chimiques sur notre environnement, le Centre Ecotox a été créé en 2008 au sein du domaine des Ecoles Polytechniques Fédérales (EPF) à la demande du Conseil fédéral et du parlement. Mettant la priorité sur la gestion du savoir et le transfert des connaissances et des technologies dans le domaine de l’écotoxicologie, il constitue une véritable passerelle entre la sphère de la recherche et la sphère opérationnelle en Suisse. Le Centre Ecotox remplit une fonction de carrefour de communication par la formation continue et l'information et assure le dialogue entre experts du monde scientifique et de la pratique. A travers ses propres projets de recherche appliquée et ses nombreuses collaborations scientifiques nationales et internationales, il contribue à l'élaboration de concepts d’évaluation du risque pour l’environnement et d’outils pour la surveillance des milieux. Ce webinaire sera l’occasion de présenter les challenges et opportunités d’une telle démarche et sera illustrée par des exemples concrets"

En savoir plus sur Benoît FERRARI...


 

#7 Attention aux écarts spatiaux : traiter les liens hydrologiques des écosystèmes terrestres et aquatiques à différentes échelles



Conférencier :
Jay P. Zarnetske, professeur associé, Université d'état du Michigan, USA

Attention aux écarts spatiaux : traiter les liens hydrologiques des écosystèmes terrestres et aquatiques à différentes échelles.

"L'eau est fondamentale pour les cycles biogéochimiques du carbone et des nutriments car elle assure la connectivité entre les écosystèmes. L'eau relie les aquifères aux eaux de surface, les pentes des collines aux océans, et nos communautés à nos environnements. Cependant, il existe encore actuellement une déconnexion entre l'étude de la plupart des phénomènes hydrologiques et celles des processus biogéochimiques. Ce décalage limite notre capacité à anticiper la façon dont le changement global modifiera les cycles du carbone et des nutriments, les écosystèmes et nos ressources en eau. En adoptant des approches multidisciplinaires qui unifient la théorie hydrologique et biogéochimique, nous pouvons dépasser ces limites et développer de nouvelles approches qui abordent les relations non linéaires complexes inhérentes aux systèmes biogéochimiques. Je présenterai des exemples tirés de notre programme de recherche pour illustrer comment le couplage des principes hydrologiques, écologiques et biogéochimiques peut combler les lacunes majeures dans la compréhension de la biogéochimie et de la qualité de l'eau, de l'échelle du réseau fluvial à celui des pores. Plus précisément, j'aborderai l'utilisation des cours d'eau en tant que réseaux de capteurs pour étudier la dynamique des bassins versants français fortement touchés et des bassins versants du Haut-Arctique en cours de dégel. J'expliquerai également comment les nouvelles stratégies d'échantillonnage et les modèles numériques peuvent révéler la fonction écosystémique du "River's Liver" (la zone hyporhéique) à des échelles sans précédent."